--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
---------------------cliquer sur les documents pour les agrandir-













actualités




ONE WHO COVERS UP OR HIDE SOMETHING

avec:
Nathalie Bles
Coraline de Chiara
Charles Lopez

une proposition de Caroline Pellet et Pierfrancesco Lerose

exposition collective du 17 au 30 Novembre 2016, 
vernissage mercredi 16 à partir de 18h.

          

"One who covers up or hide something" is a language exploration as an attempt to describe dark and deep human emotions. Hiding, escape, and inquietude make an alphabet evoking narratives which focus on mythology and veiled secret. 
On this occasion, laTrap joins with galerie Louise for a simultaneous opening.

laTrap is a art space shared by two artists, situated in Le Pré-Saint-Gervais. It opens to the public alongside a sporadic programing of events and exhibitions. 

----------------------------------------------------------------------------------

"One who covers up or hide something" est une exploration linguistique qui tente de décrire certaines émotions tout à la fois obscures et fondatrices dont font l'expérience les humains. La cachette, la fuite, l'inquiétude forment l'alphabet des récits évoqués et les œuvres qui y apparaissent font appel à la mythologie, à la dissimulation et au secret. 
A cette occasion, laTrap s'associe à la galerie Louise pour un vernissage simultané.


La Trap est un espace de création situé dans une ancienne serrurerie de la cité Henri Sellier, au Pré-Saint-Gervais. C’est aussi un espace d’expositions, de rencontres et de programmation, à raison de deux à trois évènements par an. 

laTrap, centre de création, 2, avenue Edouard Vaillant, 93310 le Pré St Gervais










actualités:

ZONES SENSIBLES:







avec: Justine Blau, Emma Dajska, Julien Discrit, Marco Godinho, Bernard Heidsieck, Joséphine Kaeppelin, Charles Lopez, Yoko Ono, Nipan Oranniwesna, Cornelia Parker, Kirsten Pieroth, Elodie Pong, Angels Ribé, David Renaud, Franck Scurti, Katrin Ströbel, Mona Vatamanu et Florin Tudor.

exposition collective au FRAC LORRAINE, du 24 Juin au 23 Octobre 2016

communiqué de presse disponible sur:  www.fraclorraine.org







                                       


                                                      



















l'objet du désir, 2016


                                                                                    l'objet du désir, 2016,
                                                                                             mousse expansive, 90x40x40cm

Refuge, 2016





Refuge, 2016, tirage argentique d'époque, découpe laser sur plexi.





série EUX, 2015






Elle s’était arrêtée net sans prévenir, au milieu de nulle-part, lasse de cette
perpétuelle ascension. Le soleil allait apparaître, l’autre finit par en profiter.
La mer d’huile qui semblait s’offrir à eux, dans le pli de la nuit, sous leurs pieds
juste-là en contrebas, se décollait en temps réel. Cimes de pins à perte de vue,
heure bleue, l’horizon n’a qu’à bien se tenir. Sans préavis il craque, viva la
distension.
Juste le temps de plisser les yeux, reprendre leur souffle une escale tu pouvais
bien leur accorder ça. Planqués dans la falaise ils auraient fini par trouver leur
place, se fondre dans le décor. Histoire de se faire oublier, changer de point de
vue, faut faire gaffe à cette altitude tout se contracte, se tord. Les perspectives
comme le temps c’est pareil, on ne peut rien y faire, adret en joue, tu vises et sans
prendre garde le vide s’immisce: ils disparaissent.
Avancer coûte que coûte. Ils t’avaient pourtant demandé de surveiller leur trajectoire
mais tout t’éblouit à cette distance, alors tu bascules la tête. Ressaut, éboulis,
ouvala, fondu au blanc. Faudrait reprendre ses esprits sinon comment expliquer
un tel vertige, ça se rabat de l’intérieur, avalanche en retour accéleré, le paysage
se tape une hypoxie.
Impossible de regarder les choses se transformer sous tes yeux, sans en prendre
part tout bouge c’est très instable comme terrain. Pas forcément hostile juste en
transition, comme la campagne à travers la fenêtre d’un TER quand, d’un coup
d’index, tu penses encore pouvoir saisir la scène dans son entier.
Ils refusaient l’idée d’être contraints à un périmètre, prisonniers du cadre, se faire
voler cet instant qui leur était propre. Cela les regardait après tout, ne concernait
qu’eux. Et les éléments.
Ubac donc, sans laisser trace, ils préférèrent prendre la tangente le maquis sur la
pointe des pieds, pour mieux disparaître encore.
Ils comptaient ne pas en être, ça tombe bien, à défaut de te nourrir parfois
l’environnement t’absorbe, et le paysage lui-même finit par te rayer de la carte.

Charles Lopez, introduction à la série «EUX», 2015


EUX n°7
EUX n°13
EUX n°12
EUX n°3
EUX n°9
EUX n°15
EUX n°11
EUX n°11
EUX n°1
EUX n°4
EUX n°14
EUX n°8
EUX n°2
EUX n°10
EUX n°5
EUX n°6
EUX n°17



EUX, 2015, tirages anonymes d'époque pliés, passe-partout numérique, encadrement, 24x30 chacun.

















j'ai fait le tour de ton exotisme ( 2014)


J ai fait le tour de ton exotisme / I've gone around your exoticism / εξάντλησα τον εξωτισμό σου / Yo recorri a tu exotismo / 君のエキゾチスムを巡った。/ Circundei o tu exotismo /
Senin egzotikliğini yaşadım bitti / sono arrivato a capo del tuo esotismo.

" J'ai fait le tour de ton exotisme", 2014, 155cm de diamètre, pochoir.









Le Bruit du monde ( 2013)







                               Le bruit du monde ( 2013)
                                         420cm, 16 éléments, plexi noir découpe laser.
                                         (installation in situ, collection privée, Lisbonne)





Bruit: n.m., Vibration des particules d’un milieu présentant un caractère erratique, statistiquement aléatoire. À la différence des sons musicaux, les bruits peuvent être considérés comme résultant de la superposition de nombreuses vibrations à des fréquences diverses, non harmoniques les unes des autres.

Au départ, une collection de photographies anonymes de paysages montagneux, prises à des endroits et des époques différentes. 
Dans chaque cliché, seule la zone des ciels est prélevée; respectant les formats et cadrages de chaque photo, ces «calques», édités en plexi noir, sont mariés par la crête inférieure des montagnes.

Un horizon générique, une synthèse de paysage voit alors le jour, défini par la frontière des ciels et le vide du mur.




















Iceberg, 2013

                              

  Iceberg, ( 2013)
                                                         tirage lambda, 40x60cm.
                                                 courtoisie Grandes Galeries, Aitre Saint Maclou
                                                 remerciements particuliers à Thibault Montamat

Dérives, 2012



                                   
                                                                                       
             Dérives, 2012,
                                                                                               10 plaques de plexi, gouache,
                                                                                                                                            30x40cm chacune.
                                                                                                                           Courtesy L'ORANGE ROUGE.


Découpes laser représentant des parcours fictionnels dans la ville, manipulées telles des normographes par les participants de l’atelier.
Les tranches de chaque plaque se retrouvent saturées par les passages successifs de couleurs différentes, attribuées à chacun des participants.

projet en collaboration avec l’ORANGE-ROUGE, mené avec les élèves de l’ULIS Jacques Prévert, Paris.












Syncope, 2012

                                                   

                           
                           Syncope, 2011, 
technique mixte, 
300x140x140cm
                                                               
                                                                    crédit photo: Aurélien Mole









Thalweg, 2011


                                                                           Thalweg, 2011, 
                                                    impression pigmentaire façonnée, 
                                                            110x 130cm, 3 exemplaires.


                                                                                              crédit photo: Aurélien Mole





Névé, 2011

                                                                                  
Névé, 2011,
tirage anonyme datant du début du XX°,
sérigraphie
collection privée




les déserteurs, 2011






" ... Dès lors que sont parallèles toutes les lignes d’une forme et par extension toutes les lignes de l’univers, l’entreprise de néantisation touche à son but un instant.
Ainsi les travaux de Charles Lopez ne seraient pas un démenti aux figurations des cartographes, ni la révélation d’un paysage dans sa nudité. En dispersant tout l’outillage nécessaire et en renversant les données les plus admises, ces cartographies produisent un décentrement à partir duquel le paysage n’offre plus aucune autre prise qu’un lot d’informations impossible à cerner. 
De là impossible d’y dessiner une frontière fermée de l’intérieur et bien repérable à l’extérieur, un enclos à moutons, un rempart ou encore le fond d’un gouffre."

Bruno Botella, 2011.
texte en integralité, cliquer >  ici



Faustine, 2007-2011



Faustine, 2007-2011,
installation, apparition lumineuse aléatoire à travers le mur
dimensions variables

"... A la fin il n’y a presque rien, là où auparavant il y avait un horizon. Et ce qui n’est presque plus une ligne fait surgir le haut à la place du bas, la droite à la place de la gauche, et l’envers à la place de l’endroit. Pour atteindre le sommet il faudra dès lors se pencher jusqu’au vertige – lequel se dissipera peut-être dans le reflet cristallin des gravats. L’effondrement par lequel procède cette inversion des coordonnées a aussi son lot d’accidents dont il faut prendre acte, sans quoi nous serions rendus à cet état initial d’imperturbables et ennuyeux bipèdes."

Bruno Botella, 2011.


texte en integralité, cliquer > ici



















Feuille de route, 2010




Un cartel-signalétique à l’entrée d’une expo qui, à première vue, se présente comme feuille de route de la visite. 
Mais rien n’en est. 

Avatar de communiqué abscons, ce texte est en fait un avant-propos d’exposition dont toutes les références ont été gommées, censurées par un « bip »; cette intervention parasite le texte au point de générer un tout autre sens.

Gravel Mountain, 2010


Gravel Mountain2010 
1m3, sac à gravats, photo satellite de Gravel Mountain, Colorado, USA.









Repérage, 2010